Réveil Médias #151 | Lundi 23 janvier 2017 avec Jérôme Godefroy

Au sommaire :

1 – Interview de Jérôme Godefroy (Journaliste)

Biographie de Jérôme Godefroy

Jérôme Godefroy est né à Valenciennes dans une famille commerçante. Ses parents vendaient du textile pour hommes. Pour autant, Jérôme ne souhaitait pas aller dans cette voie et prendre la suite familiale. Le futur journaliste était un enfant très sage et studieux, un peu solitaire. A l’université, il était étudiant à Lille en lettres, élève au conservatoire et présentateur de sa propre émission sur la radio locale de l’ORTF : . « J’ai le souvenir de mes toutes premières émissions de radio sur les poètes du nord. J’étais payé 300 francs. J’enregistrais tous les 15 jours. » C’est une amie qui le conseille de devenir journaliste. « Une copine m’a dit tu devrais être journaliste. je lui ai demandé c’est quoi être journaliste ? “ce sont ceux qui disent les nouvelles” ». Jérôme Godefroy a donc passé le concours du Centre de Formation des Journalistes qu’il obtient. Arrivé à Europe 1, on lui donne à traiter « la conférence de presse sur la sécurité routière » dès son premier jour. Quand Etienne Mougeotte, le directeur de la rédaction fixe le conducteur du journal, il n’est pas convaincu par les propositions. Jérôme, le nouveau stagiaire inconnu propose comme sujet : le portrait du plus mauvais conducteur. « J’ai fait l’ouverture du journal de 7h30 avec ce sujet. » Le journaliste évolue rapidement à Europe 1. Il commence par présenter les flashs de nuit jusqu’à 5 heures du matin. « Mais un jour, la journaliste qui devait faire celui de 5h30 n’est pas venu. Donc mon chef m’a dit tu continues les journaux. A 6h je suis encore à l’antenne. Jean-Luc Lagardère m’entends  la radio. Il dit à Etienne Mougeotte “c’est qui ce godefroy? il est bien” ». Plus tard, il sera repéré par Philippe Gildas qui présentait la matinale d’Europe 1. Il lui dira : « Tu n’es pas génial mais tu vas faire le journal de 7h ». A l’époque, le journal de 7 heures rassemblait 8 millions d’auditeurs. Il quittera Europe 1 pour rejoindre RTL et passer 12 ans, correspondant aux Etats-Unis dans les années 90. Il aura couvert dans sa carrière : 4 campagnes électorales américaines, 12 fois les Oscars et sera rentré 4 fois à la Maison Blanche. Jérôme Godefroy animait l’émission « Les auditeurs ont la parole » sur RTL. Dans cette libre antenne, les auditeurs s’expriment librement sur l’actualité du jour. Son départ de RTL a été  « un divorce difficile » car « ça s’est arrêté du jour au lendemain« . Aujourd’hui le micro ne lui manque pas. « J’ai l’impression d’avoir fait le tour de l’exercice » nous explique-t-il.

Actualité de Jérôme Godefroy

Aujourd’hui après de longues années sur les ondes, Jérôme Godefroy est intervenant à l’Ecole Supérieur de Journalisme de Lille et de Montpellier, pour apprendre aux étudiants les techniques de la radio et partager son expérience.

Extraits vidéos de l’interview de Jérôme Godefroy :

2 – « Le Test »

Chaque semaine, les chroniqueurs et l’invité s’affrontent pour remporter « le Test » sur l’actualité des médias.

3 – « Le Qui a dit ? »

Les chroniqueurs et l’invité doivent retrouver les auteurs des grandes déclarations médiatiques du moment.

4 – Les chroniques 

>L’actu télé et radio par Samuel Vaslin.

Thèmes :
RTL en tête des audiences radio.
Les Anges reviennent sur NRJ 12.
France Inter et Quotidien piégés par un faux témoignage.

> L’actu presse et web par Anouk Hajage.

Thèmes :
La voix du Nord embrigadée dans l’argumentaire des politiques.
Le vu sur le net avec un extrait d’une nouvelle vidéo du youtubeur Squeezie.
Le point Twitter avec les réactions des internautes sur le troisième débat des primaires de gauche.

> Le Zap télé de Romain Bedouk.

Dans le Zap Télé, Romain revient sur les meilleurs moments à la télévision cette semaine.

> Le Grenier de la télé et radio par Alexandre Letren.

Retour cette semaine sur les 30 ans de l’émission Sacrée Soirée, l’émission culte de TF1.

> Chronique humoristique « C’est pas moi, c’est Google » de Thomas Angelvy.

Vidéo de la chronique « C’est pas moi, c’est Google » de Thomas Angelvy :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.